La 25ième heure, le Mans hors du temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La 25ième heure, le Mans hors du temps

Message  philbaetz le Ven 25 Mai 2012 - 23:10

Ayant un peu débordé du contexte dans la rubrique livre d'or, Cool, après avoir coupé une partie de mon texte m'a proposé d'en remettre l'intégralité dans un nouveau post ainsi que tant d'autre.
Il est tellement vrai qu'au hasard des rencontre suivant l'endroit où l'on se trouve et les rencontres qu'on y fait on y revit casi en réel des pan de l'histoire de cette course au travers les mirette et la mémoire d'un contemporain de l'époque.
Un sommeil qui ne vient pas!
Vendredi soir la veille des 24 heures de 1983, je suis venu en stop de Saint-Malo pour asister à la course. Un ex pote de classe en Belgique, dont le père est commissaire de piste, est censé me rejoindre. Donc je somnole aux abords du tunnel sud.
Bon, autant dire tout de suite que je ne m'endormirai pas. Des personnes de la sécurité, de l'intendance du circuit sont en poste et chemin faisant, on se met à discuter. Parmis eux, le doyen de l'équipe qui en vient à me relater que nous étions pile à l'endroit où la Mercedes de Levegh percuta le talus avant le drame que l'on sait. Il a vu entendu et senti le drame. De la même où nous étions. C'était un récit de correspondant de guerre dont il me fit part.
1996 dans la salle de presse, vers 01H00 du matin Paul Frère me parle de cette époque héroïque et dramatique. C'est là aussi irréel. On avait abordé la conversation lorsque j'évoquais les zones de freinage tellement courtes comparées au voitures de la course du matin, les 250 Le Mans, Jaguar type E où tout semblait aller au ralenti. Alors que les LMP freinaient à Mulsane après la bifurquation faisant éviter le rond point.

Et il me confirma que c'est vrai, à l'époque, les zones de freinage étaient infiniment longues.
"Lorsque je suis sorti de la piste en 56, au S du tertre rouge, je savais dès la bosse du Dunlop que je ne pourrai ralentir suffisament pour le négocier. Je suis rentré à pied tout penaud me demandant comment j'allais expliquer tout cela au manager de l'époque. Entre temps, De Portago était arrêté pour une surchauffe, et hawthorn était en train de bêcher la butte de sable de Mulsane pour tenter d'en sortir sa voiture. Il n'y avait plus de Jaguar officielle en course pour la victoire. Il me regarda résigné et me lâcha un "Is the race!"
Sur la piste, la chaleur de la nuit d'été semblait correspondre avec cette époque du salaire de la peur.
Nous devisions sereinement tout près de cet endroit du drame dont, lui aussi fut témoin visuel. Il fit partie de la commission d'enquête destinée à la réalisation de l'ouvrage concernant l'accident.
"Il faut d'abord savoir qu'à l'époque, les voitures étaient lancées pratiquement à fond depuis Arnage et que peu après Maison Blanche environ trois secondes, arrivaient les Stands. C'était aussi l'endroit où les pilotes se sachant en passe d'être rattrapés observaient brièvement leurs rétros afin de savoir si il pourraient négocier la courbe Dunlop trois secondes plus tard.
Le drame a voulu que Levegh regarde ses rétros au moment où, Hawthorne amorçant son ralentissement pour ravitailler, Marklin surpris effectua une manoeuvre d'évitement vers la gauche. C'est ainsi que la Mercedes décolla sur l'Austin de Markling."

Lorsque je lui ai demandé comment avait-il eu le courage de continuer en dépit de cette vison d'apocalypes, il me répondi.
D'où l'on se trouvait, on voyait bien qu'il y avait quelque chose de grave. Mais certainement pas avec un tel degrès de gravité. Cependant, la course continuant, nous aussi avons continué. Et ce fut une bonne chose car vu les blessés et les victimes à évacuer, je n'ose imaginer les conséquences encore plus dramatique des ambulances prises alors dans les embouteillages des spectateurs retournant chez eux."
Et Mr Frère conclu:" Je devait normalement conduire la Mercedes à la place de Levegh. J'avais un contrat avec la marque Allemande. Cependant, le responsable de l'équipe me confia qu'il n'était pas certain d'être prêt pour les 24 heures. Et que, si je trouvais un contrat avec une autre équipe, j'avais le droit de la rejoindre. De ce fait, j'ai rejoins l'équipe de John Weyer responsable des Aston Martin officielles. Nous avons fais deuxième. Je suis persuadé que si j'avais refuser l'offre d'Aston Martin, et courru sur la Mercedes, ce drame n'aurait pas eu lieu. Non pas que j'aurai mieux conduit où quoi que soit d'autre. Juste que la logique voulant que personne ne fait exactement la même chose, à la seconde près dans les mêmes conditions, le destin aurait été différent. Au vu des conséquences que cela a eu pour le sport automobile et pour Mercedes, et que ma décision, pour les raisons invoquées, a eu pour effet, j'avoue que j'en ai parfois été troublé."
Lorsque de temps à autre je parcours les gradins en face des stand, notamment au dessus du tunnel Sud et après la tribune ACO (anciennement tribune Citroën) je ne peut m'empêcher de penser aux récits de cet accident et aux cris de détresse, d'horreur et de douleur d'une fin d'après midi de juin 1955.[b]
avatar
philbaetz

Messages : 2305
Date d'inscription : 16/02/2010
Age : 56
Localisation : Saint-Malo

Voir le profil de l'utilisateur http://www.everyoneweb.fr/promosprint/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La 25ième heure, le Mans hors du temps

Message  boubou le Sam 26 Mai 2012 - 9:15

Merci Phil' pour ce témoignage cheers cheers
Si t'en as d'autres n'hésites pas je suis preneur bounce bounce bounce

1955 mon grand père y était,il se trouvait au niveau des box Audi actuellement

_________________
"Nos ainés y étaient ,nos enfants y seront...Le Mans ne s'explique pas, il se vit...Nous sommes les 24 heures du Mans"

"Pendant 364 jours, nous avons tout donné.En 24h nous avons tout gagné."
AudiMotorsport
avatar
boubou
Admin

Messages : 16299
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 41
Localisation : Seine et Marne (77) mais natif du Mans (72)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La 25ième heure, le Mans hors du temps

Message  philbaetz le Sam 26 Mai 2012 - 21:34

Hé bien à toi de jouer Boubou!
C'est ouvert à tous et, toutes les raisons sont bonnes pour établir un parrallèle historique avec un pan de l'histoire du Mans.
Fais parler ton grand père ...ou ses souvenirs.....ou les souvenir que tu en as.
avatar
philbaetz

Messages : 2305
Date d'inscription : 16/02/2010
Age : 56
Localisation : Saint-Malo

Voir le profil de l'utilisateur http://www.everyoneweb.fr/promosprint/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La 25ième heure, le Mans hors du temps

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum